François : le champ de tir qui gazouille !

Cher lecteur,

Chose promise, chose due, je reviens vers vous avec un nouvel entretien. Dans le cadre de la campagne présidentielle que connait la France, j’ai souhaité donner la parole à une tranche de la population que l’on entend pas assez : les jeunes. C’est pour cela que j’ouvre une nouvelle rubrique : « Avoir 20 ans en 2012 » ! C’est à travers leurs regards que je me pose la question de savoir qu’est-ce que cela change et quelles sont les idées que l’on peut avoir en tête à cette âge-là ?

J’ouvre donc le bal avec @Fr4nc0is, jeune normand de 20 ans, pour entrevoir avec lui les différentes perspectives et attentes de la jeunesse en France. Auteur d’un blogue sur la Toile, j’ai souhaité commencer cette série d’entretien avec lui pour montrer l’implication des jeunes vis-à-vis de leurs ainés. Suite à un échange épistolaire 2.0, voici l’entretien qui a pu en découler.

Bonne Lecture !

@romainbgb – 27/03/2012

@Fr4nc0is : le champ de tir qui gazouille !

Une brève présentation –

Tu l’auras remarqué, je m’appelle François, j’ai 20 ans et je suis né en Normandie. Issu d’un père de nationalité française et de parents polonais naturalisés et d’une mère française. J’ai fait toute ma scolarité dans l’enseignement privé sous contrat. Mon premier engagement en politique fut à 18 ans au sein du Mouvement Pour la France de Philippe de Villiers avec pour « leitmotiv » l’immigration et la souveraineté. Ca peut paraître étrange à la vue de mes origines mais les racines sont les mêmes. Puis je fus un temps militant à l’UNI. Aujourd’hui mon quotidien politique est quasiment vide, je ne suis plus adhérent dans un mouvement purement politique.

Sur le champ de tir.

J’écrivais sur un blogue personnel pendant 1 an lorsque je lançai le champ de tir en janvier 2012, ce champ de tir se voulait beaucoup plus collaboratif et je réussis à y faire participer quelques amis ainsi que quelques personnes ayant des choses à dire. Le champ de tir, c’est le théâtre des opérations, c’est en quelque sorte le combat des idées. On ne tire plus avec des boulets mais avec des idées. La droite en France n’a plus d’idées, elle a tout oublié par le discours de la gauche. Or nous savons que l’ordre de la droite gagnera si elle a des munitions pour battre l’anarchie de la gauche. (rires)

Le champ de tir se veut ouvert à tous et globalement à toutes les idées sortantes de la sphère quotidiennement professée. Le champ de tir grandit petit à petit puisque nous avons lancé il y a quelques jours le nouveau portail http://le.cdt.free.fr 

Sur la jeunesse.

On ne peut pas se dire représentant de la jeunesse, peut-être que je me sens proche d’une certaine jeunesse, mais je crois bien que chaque personne a des aspirations différentes, tout en ayant un besoin pressant de Beau, de Vrai.

« Etre jeune, pour moi c’est fonder son état d’adulte responsable plus tard. »

Il est certain que je ne cherche pas à être le représentant de la jeunesse. Même si je peux donner un avis sur la façon de vivre ma jeunesse à 20 ans. Je constate juste que les jeunes se perdent et les valeurs s’inversent… Où sont autorité, respect ? Présents lorsque certains s’amusent à baffer des enseignants. La jeunesse n’existe pas en tant que telle, elle est juste l’étape obligatoire avant l’adulte et je hais les phrases répétant que « jeune, il faut en profiter ».

Sur internet

Les réseaux sociaux sont intéressants et fortement fermés: pour parler de Twitter par exemple, quelques personnes dites influentes organisent la nébuleuse – et on peut voir une sur représentation des personnes de gauche sur ce réseau social, qui n’a rien de social puisqu’il n’est que virtuel. Que dire sinon qu’internet est le relais de la liberté, qu’il offre des perspectives infinies malgré le peu de choses qu’en font les kikolols, c’est par exemple sur twitter tous les hashtags lénifiants…

La politique actuelle jouit du même fond idéologique, il n’y a plus d’idée révolutionnaire, qui révolutionne le débat d’idée. Il est aussi intéressant de remarquer qu’aujourd’hui la politique joue plus sur l’affect que sur l’idée, à ce titre la campagne présidentielle est vide. Le monde avance, et accélère, l’information se mondialise, c’est à dire qu’on sait ce qui se passe à côté ou à l’autre bout de la planète. C’est une bonne et une mauvaise nouvelle: en effet on peut savoir ce qui se passe tout en étant à ce moment malléable à la désinformation, on ne sait pas si c’est bien vrai. Et je ne suis pas sûr que le flot d’informations que l’on reçoit chaque jour est bénéfique. Car on vit bien plus mal en sachant que des hommes sont tués dans d’autres pays, doit-on le cacher ? Non, mais surement en faire moins l’étalage !

Retrouvez François sur son blogue  : Le champ de tir !

Un grand merci à François pour sa disponibilité et la franchise dont il a fait preuve tout le long de la rencontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :