La vie et toi

La vie et toi.

En cette période de début d’année, propice aux vœux et aux résolutions, je tiens à revenir un instant sur la communication qui nous entoure. Ceci en son sens stricto-sensu, à savoir le rapport humain. Depuis quelques temps déjà je m’y étais attelé dans une précédente note sur l’amitié qui avait déjà suscité quelques remous. J’aimerais à travers ce billet rester dans la vision humaine du rapport que l’on a entre nous, et à quel point les communications 2.0 ont mis à mal les échanges au sein de notre société.

Tout passe, tout lasse, tout casse ! Tel serait peut-être le leitmotiv de notre société actuelle si l’on suit la perception de l’être humain. En effet, lorsque l’on y regarde de plus près, les rapports se sont bien dégradés au fil du temps. L’échange épistolaire traditionnel qu’a pu connaître notre ailleul est bel et bien disparu et remplacé par la version 2.0 : le courriel (plus connu sous la dénomination anglaise, mail). Doit-on pour autant s’en réjouir ? Personnellement je ne pense point. Toute cette correspondance épistolaire que l’on a connu durant des siècles, est mise à mal en un instant, ou doit-on dire en un « clic ».

Un autre phénomène que j’ai remarqué, preuve que je suis un dinosaure, c’est le fait que l’on va vers la fin de l’écriture et l’envoi de carte postale. Dans mon entourage, je pense être le dernier à encore envoyer des cartes postales des endroits où je me trouve en villégiature. J’ai tenté l’expérience de demander à mes amis, lorsqu’ils partent en voyage, de m’envoyer des cartes postales souvenirs de leurs lieux de voyage. Et bien sur la quinzaine de personne de sondés, deux ont répondu positivement. Je suis donc bien un des derniers dinosaures qui envoie des cartes postales.

Mais le dinosaure que je suis reste tout de même high-tech ! Ceci avec les différents modes de communication qui nous sont offerts. Les gazouillis, sms, mail et autres moyens d’actions sont utilisés pour que je puisse communiquer avec vous ! C’est là où je me rends compte que je dois être encore un des rares à envoyer des lettres. Avec le décès de ma grand-mère la semaine dernière, j’ai pu retrouver des lettres que j’avais envoyés à mes grands-parents il y a quelques années pour échanger quelques nouvelles avec eux. Chose qui aujourd’hui semblerait désuète pour la nouvelle génération d’adolescent qui nous entoure.

Il me paraît rien de plus beau et touchant que de recevoir une lettre ou une carte postale d’un ami ou d’un être cher.

« L’amitié se nourrit de communication. » ; Montaigne, in Essais.

@romainbgb – 15/01/2012

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :