G.G.B.

Il n’est pas toujours simple de prendre le large face aux évènements de la vie. On pense toujours être invincible, mais la réalité, le plus souvent, semble être tout autre. C’est pourquoi, il peut être utile de prendre le large, de la distance, face à tout ça. Nul n’est capable de pouvoir rivaliser face aux aléas que nous offre la vie. La force de l’homme peut intervenir dans ces cas là et paraître bien plus présente que l’on croit.

Guy, Georges, Paul, Lucien.

Quoi de mieux pour un homme dans sa quatre-vingt quatorzième année que de trouver le repos éternel dans son sommeil, dans sa maison. Une satisfaction du moment achevé pour lui, et tout ceux qui restent. C’est ainsi que mardi matin tu as choisi de tirer ta dernière révérence, cher grand-père, en concluant ainsi ta vie.

Tout n’a pas toujours été très rose pour toi, dès le commencement de ta vie. Pour autant tu as su, avec volonté et courage, en tirer parti. Tout ceci permettant d’arriver à exercer les hautes fonctions et mener ta vie comme tu l’entendais ! La famille n’aura jamais été une chose que tu savais appréhender, bien que cette dernière, à sa façon, essayait de te rendre l’amour.

… Savoir aimer …

L’amour n’est jamais un sentiment facile à exprimer. Ce phénomène nous avons pu mainte fois l’observer avec toi, cher grand-père. Le grand timide qui est en toi, n’a jamais su (voulu ?) laisser rentrer quelque sentiment qui soit. Mais également, voulu laisser rentrer quiconque dans ton intimité. Une certaine peur d’exposer les fragilités de la vie aux autres, qui feront que toute ta vie durant, la communication familiale sera houleuse.

Certes tu n’auras peut-être pas su nous aimer, dans le sens noble du terme. Mais je reste persuadé d’une chose : au fond de toi, une petite lueur d’amour battait. Mais bien évidemment, avec ta carapace de commandeur, nul ne devait le savoir. À nous, ta famille, de savoir le reconnaître afin de pouvoir t’accompagner sereinement dans ton dernier voyage.

Puisses-tu ainsi retrouver le chemin de la paix et de l’amour en retrouvant les êtres chers qui ont marqué ta vie sur Terre. Que cet amour dont tu as pu, peut-être, manquer, soit le réconfort éternel. Ce dernier chemin de vie n’appartient qu’à toi.

Vouloir c’est pouvoir.

@romainbgb – 24/09/17

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :