Tu te laisse aller!

La vie nous apprend à prendre en considération les évènements qui se succèdent tout le long de notre existence. Ceci dans le but de pouvoir établir une certaine trame des évolutions de la vie et réussir à s’en sortir. Une fois ceci prit en considération il convient alors de le mettre en action et pouvoir comprendre le sens que la vie nous donne. L’avancement doit donc se mettre en place afin de pouvoir entreprendre un certain axe de la vie et de la connaissance. C’est ce long chemin qui doit se mettre en place pour que l’on soit conscient de l’existence qui se met en place afin de pouvoir entreprendre le chemin qu’on a choisit !

Le tout est de savoir quel point de vue l’on veut adopter pour pouvoir continuer le chemin de la vie et de faire en sorte que la vie prenne un sens. C’est pour cela que la notion de la vie détient un certain pouvoir magique dans nos sociétés contemporaines en tant qu’élément moteur de la dite-société.

@romainbgb.

« C’est drôle, ce que t’es drôle à regarder
T’es là t’attends tu fais la tête
Et moi j’ai envie de rigoler
C’est l’alcool qui monte en ma tête
Tout l’alcool que j’ai pris ce soir
Afin de puiser le courage
De t’avouer que j’en ai mare
De toi et de tes commérages
De ton corps qui me laisse sage
Et qui m’enlève tout espoir

J’en ai assez faut bien que je te le dise
Tu m’exaspères tu me tyrannises
Je subis ton sale caractère
Sans oser dire que t’exagères
Oui t’exagères tu le sais maintenant
Parfois je voudrais t’étrangler
Dieu ce que t’as changé en 5 ans
Tu te laisses aller, tu te laisses aller

Tu es belle à regarder
Tes bas tombant sur tes chaussures
Et ton vieux peignoir mal fermé
Et tes bigoudis quelle allure
Je me demande chaque jour
Comment as-tu fais pour me plaire
Comment ai-je pu te faire l’amour
Et t’aliéner ma vie entière
Comme ça tu ressembles à ta mère
Car rien pour inspirer l’amour

Devant mes amis quelle catastrophe
Tu me contredis, tu m’apostrophes
Avec ton venin et ta hargne
Tu ferais battre des montagnes
Ah j’ai décroché le gros lot
Le jour où je t’ai rencontré
Si tu te taisais, ce serait trop beau non!
Tu te laisses aller, tu te laisses aller

Tu es une brute et un tyran
Tu n’as pas de cœur et pas d’âme et pourtant
Pourtant, je pense bien souvent que
Malgré tout tu es ma femme
Si tu voulais faire un effort
Tout pourrait reprendre sa place
Pour maigrir, fais un peu de sport
Arrange toi devant ta glace
Accroche un sourire à ta face
Maquille ton cœur et ton corps

Au lieu de penser que je te déteste
De me fuir comme la peste
Essaie de te montrer gentille
Redeviens la petite fille
Qui m’a donné tant de bonheur
Et parfois comme par le passé
J’aimerais que tout contre mon cœur
Tu te laisses aller, tu te laisser aller »

Charles AZNAVOUR

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: