Monsieur Antoine Angé

KOKOPELLO infiltre l’Assemblée nationale.

Chers Lecteurs,

Je vous propose de rester dans la continuité de mon portrait précédent en restant au sein de l’hémicycle national. Une immersion totale sous les traits d’une bande-dessinée vous permettra de sauter le pas.

Homard et Cinéma. Le clin d’œil pourrait faire sourire les aficiondos de la politique. Le jeune auteur que je vous propose de rencontrer est titulaire d’un Master Recherche de cinéma et audiovisuel. Ce qui lui permet de commencer son expérience professionnelle comme responsable d’édition chez Lobster Film qui restaure des films anciens.

Le dessin n’est jamais loin. Les rêves d’enfants sont faits pour cela. Les croquis feront mouche et seront repérer par le Huffington Post durant la campagne présidentielle de 2017. Ce qui lancera le projet du Palais Bourbon de la part de notre jeune auteur.

Je vous laisse découvrir le portrait d’un jeune dessinateur de bande-dessinée : Monsieur Antoine Angé dit KOKOPELLO !

Monsieur Antoine Angé, dit Kokopello. – ©droits réservés

Compte-tenu des règles sanitaires que nous connaissons, la réalisation de ce portrait a été réalisé lors d’un appel téléphonique le 27 janvier 2021.

Bonne Lecture !

@romainbgb – 04/02/21

 

***

Biographie Express de Monsieur Antoine Angé :

*déc.1991 : Naissance à Drancy (Seine-Saint-Denis).

*2009 : Obtention du Baccalauréat série Scientifique.

*2009-2014 : Master Recherche de Cinéma et audiovisuel, mention Bien, à l’Université de Paris 8 – avec un mémoire sur le Nonsense et le Cinéma.

*2014-nov.2019 : responsable d’édition chez Lobster Film, société de restauration de films.

*2017 : participation de manière indépendante à la campagne présidentielle en suivant les candidats des cinq principaux partis (PS ; LR ; LREM ; FN ; FI) pour un carnet de campagne avec des croquis publiés dans le Huffington Post.

*déc.2017-janv.2018 : lancement du projet « Palais Bourbon ».

*2018 : publication de son essai, « Nonsense et cinéma », aux éditions Lobster Film.

*janv.2021 : parution de la BD « Palais Bourbon » aux éditions Dargaud & Le Seuil.

***

 

A quoi rêve le petit Antoine quand il est enfant ?

« J’avais le choix entre être soit chevalier Jedi, soit être auteur de bande-dessinée. Véridique.

« Pour les sabres lasers, ils ne sont pas encore inventés. J’ai lu dans la Presse qu’il avait encore un peu de mal avec les premiers prototypes. Car oui, il y a bien des prototypes.

« Sinon c’était auteur de BD. Avec ce premier album, j’avoue que je réalise ce premier rêve d’enfant. »

Quel souvenir gardez-vous de vos années lycéennes ?

« Que ce soit au collège, comme au lycée, je me suis toujours considéré comme un élève dans la moyenne. C’est cela qui est assez drôle ; même pour après. Quand j’infiltre les principales équipes de campagnes, je me considère comme une personnalité qui peut se fondre un peu dans tous les groupes. Au lycée, c’était un peu pareil. Je me fondais dans la masse. Je m’entendais très bien avec les premiers de la classe, comme avec les derniers.

« Pareil, au niveau de mes notes, j’étais un élève qui étais moyen. Je n’étais pas forcément bon. Je n’étais pas forcément mauvais. J’ai toujours été dans la moyenne.

Comment s’est produit votre envie d’entrer dans l’univers du cinéma ? Que retenez-vous de votre passage dans le Master Recherche de Cinéma et Audiovisuel de Paris 8 ?

« J’ai passé mon Baccalauréat en série scientifique. Ensuite, j’avais quand même cette envie du dessin qui me travaillait. Je voulais me diriger vers une voie artistique. J’ai découvert énormément de film quand j’étais au lycée. Je me suis dit que peut-être on pouvait tenter d’aller vers l’univers de l’audiovisuel et du cinéma ; voir un peu si cela me plaira. Le dessin, cela doit être complètement bouché ; cela doit être très compliqué de pouvoir vivre de ses œuvres. Ce qui m’a amené à essayer le domaine du cinéma.

« Je suis rentré comme cela. J’ai d’abord fait une Licence à Paris 8. Dans la foulée, j’ai continué en Master, toujours dans la même Université. Ça m’a permis de rencontrer un tout autre univers, qui est aussi passionnant. »

Comment avez-vous vécu vos années passées chez Lobster Film ?

« Au début, j’étais en stage chez eux. Il fallait faire des stages dans le cadre de mon Master. Je me suis dit que ce n’était pas la Fac qui va m’apporter un emploi pour après. Il vaut mieux que j’essaye de faire un maximum de stage possible.

« Il y avait cette annonce chez Lobster Film, que j’ai trouvé dans un magazine spécialisé dans les métiers de la culture. J’ai postulé. J’ai eu la chance qu’il lance une nouvelle collection de DVD. Cela reprenait des restaurations de films qu’il faisait au quotidien ; de base, c’est une société de restauration de films anciens.

« J’ai été pris d’abord en stage. J’ai continué à faire mes études. L’année suivante, il relance une nouvelle collection de DVD. Là, il souhaitait m’embaucher en CDD, puis ensuite en CDI. J’ai continué avec eux. J’ai travaillé pour eux pendant cinq ans. J’ai eu de la chance, pour un premier emploi, de tomber sur cette société qui avait un esprit très familial ; ce qui m’avait beaucoup plu.

« J’ai eu la chance de travailler avec le gérant de cette société, Serge Bromberg, qui est un passionné de films anciens. C’est quelqu’un qui est très emballé par les films anciens, qui adore ça ! Dans les années ‘80/’90, quand tous les monde jetaient les pellicules de films à la poubelle, il les récupérait. Il les restaurait. Il est tombé sur des chefs-d ’œuvres.

« Lobster est devenue la première cinémathèque privée, en Europe. Ils ont un stock de film qui est considérable. Ce qui me plaisait beaucoup dans le métier d’éditeur de films, c’est que je retombais parfois sur des films qui parfois n’avaient pas été vu depuis les années ‘30/’40, pour les mettre dans les programmes et dans les DVD. Le panorama, il est multiple. C’est des films du début du cinéma, 1895, jusqu’aux années ’50, à peu près. Il y a, à la fois, du cinéma russe avant-gardiste comme Eisenstein, du cinéma allemand, du cinéma français comme Georges Méliès, du cinéma américain comme Chaplin et/ou Buster Keaton

« C’est vrai que tout cela nourrit quand même un certain imaginaire, une certaine créativité. J’avais la chance d’être dans l’édition. Mon métier c’était de voir ces films-là ; de voir quel programme l’on pouvait combiner pour ensuite les mettre sur les DVD, où là on passait à la partie un peu plus technique.

« C’était une très bonne expérience où j’étais très bien entouré, avec une équipe super. Serge Bromberg qui nous poussait, effectivement, à fond. Cela reste tout de même passionnant de découvrir toutes ces merveilles, avec des grands noms de réalisateurs du cinéma, qui sont parfois enfouies depuis très longtemps, que personne n’a vu. Il y a aussi des choses où l’on se dit : « Ah non, ce n’est pas possible ! » ou « Ce n’est pas terrible ! » C’est comme cela que j’ai découvert des anciens acteurs du cinéma français ; des façons de penser, de réfléchir la société. J’ai eu, grâce à ces films, une sorte de panorama culturel de ce qu’il se faisait entre 1895 et les années ’50. »

Une belle expérience que celle de transformer l’essai en publiant votre mémoire de recherche ?

« C’était une très belle expérience. On a lancé cette collection de DVD puis on a réfléchi à lancer une collection de livres. Lobster Film voulait lancer une collection d’essais. J’avais ce projet de mon mémoire de recherche de Master, que je comptais faire éditer. Je n’avais vraiment jamais osé l’envoyer à un éditeur. Je souhaitai le retravailler pour le transformer en livre.

« Il s’appelle effectivement, « Nonsense et cinéma ». Il retrace toute l’histoire en essayant de faire une esthétique du cinéma de l’absurde, parce qu’aucune étude ne s’y intéressait. Je suis venu à m’intéresser à ces films-là parce qu’ils me faisaient rire. Je passais un bon moment en les regardant. J’avais eu des bonnes notes lors de ma soutenance en Master. Je me suis dit que même s’il n’y avait pas beaucoup d’études dessus, il y avait un sujet qui était intéressant à faire. Cela peut intéresser les gens, effectivement. Lorsque l’on m’a informé du lancement d’une nouvelle collection d’essais, j’ai présenté tout mon travail d’écriture que j’avais fait en Master, au gérant, Serge Bromberg. Il m’a dit : « Il y a peut-être un intérêt. Allons-y ! On va l’éditer. »

« Ce qui a donc été mon premier ouvrage, cet essai sur le cinéma de l’absurde, avec un petit écho dans la presse cinématographique de niche, très universitaire. Je sais que l’ouvrage est disponible dans les bibliothèques. J’ai eu la chance de faire une émission de radio pendant une heure pour en parler. Ceci grâce à Antoine Guillot, l’animateur de l’émission Plan Large sur France Culture, qui est un passionné des films de l’absurde. Il m’a dit : « Voilà, j’adore les films de l’absurde. Il y a quasiment aucune étude qui soit sortie sur ces films depuis je ne sais combien d’années. Je suis très heureux de vous avoir, de vous inviter pendant une heure ! » C’était assez incroyable ; cela montrait qu’il y avait un sujet et un public pour ça. »

Comment vous est venu l’envie de dessiner et de tenir cette chronique, pendant la campagne présidentielle de 2017 ?

« Cela démarre en 2016, avec l’élection présidentielle aux États-Unis. Il y a déjà des rumeurs qui circulent selon lesquelles, l’élection de Donald Trump aurait été truquée par des Fake News, ou en tous les cas l’avis des américains aurait été orienté via les réseaux sociaux etc… En tant que jeune je me posais la question. J’utilise ces réseaux sociaux tous les jours et tout le temps. Est-ce que, moi aussi, je vais me faire duper par ces réseaux-là ? Est-ce que je n’ai pas intérêt, moi-même, à aller voir la politique de l’intérieur ?

« On en parlait beaucoup autour de moi, dans mon cercle amical et familial. Les élections françaises approchaient. On en parlait un petit peu, c’était fin 2016. Je ne connaissais aucun militant politique dans ma famille. Personne ne c’était engagé. C’était vraiment pour une curiosité personnelle et l’idée de se dire qu’au moins, vraiment, je saurai ce qu’est la politique.

« Je commence avec l’équipe d’Arnaud Montebourg, candidat malheureux aux primaires de la gauche. Pourquoi Arnaud Montebourg ? Parce que, j’ai une sensibilité un peu plus à gauche. Parce que Benoît Hamon n’était quasiment pas connu à l’époque. François Hollande et Manuel Valls, on ne savait pas s’ils se présentaient ? Arnaud Montebourg, il mettait des marinières ; il posait dans la Presse avec un Moulinex etc… Je me suis dit : « Je vais peut-être me marrer en rejoignant son équipe. » Effectivement, ça n’a pas raté !

« En rejoignant son équipe j’ai tracté pour eux ; j’ai collé des affiches. J’ai organisé des cafés-débats. Ils ont appris qu’à côté, j’étais éditeur de films chez Lobster. « Tu sais faire des montages vidéo. Tu vas te mettre à faire de la captation d’images durant les meetings de Montebourg. » Je me mettais à filmer les meetings de Montebourg pour ensuite les monter en vidéo etc… Cela m’a aussi ouvert quelques portes. Je faisais aussi parti de l’équipe communication du candidat.

« Je me disais que cette expérience est intéressante à vivre. Elle est peut-être aussi intéressante à noter, pour le grand public. On va essayer de faire quelque chose. Je vais essayer de noter toute mon expérience dans des carnets, le soir, quand je rentrais. Je vais peut-être ouvrir un blogue. Peut-être que les gens le suivront. On verra bien.

« Montebourg perd fin janvier 2017, à la primaire de la gauche. Il n’y avait aucun candidat qui me correspondait vraiment. Je ne savais pas vers lequel aller. Je me suis dit : « essayons de pousser l’expérience jusqu’au bout. Essaye d’infiltrer les principales équipes de campagne, en même temps, jusqu’à la fin de l’élection présidentielle. »

« Je suis parti après pour quatre mois de campagne, avec cinq candidats différents, dans des arrondissements parisiens différents. J’ai suivi les cinq équipes de campagnes dans des comités locaux. Je ne suivais pas vraiment directement les candidats. Je suivais les militants. Je me faisais passer pour un militant lambda.

« Dans le 18ème, j’étais pour l’équipe de Benoît Hamon.

« Dans le 19ème, j’avais trouvé un comité qui s’appelait Crime et Insoumise. Je me suis retrouvé, par hasard, dans le même comité que Danièle Obono, que je ne connaissais pas du tout à l’époque.

« Dans le 9ème arrondissement, j’étais autour de l’ancien député de l’arrondissement, Pierre Lellouche, pour l’équipe de François Fillon.

« Dans le 12ème arrondissement, le quartier de Bercy, j’étais pour l’équipe d’Emmanuel Macron, au comité Daumesnil.

« Dans le 13ème arrondissement, la seule antenne du Front National, pour Marine Le Pen, qui était rue Jeanne d’Arc. [NDLR : Fallait oser !] Ils n’auraient pas pu trouver mieux ! En tous les cas, c’est véridique. C’est une grande boutique. Tout se fait dans l’arrière-boutique où il y a bibliothèque, tout au fond etc… Le devant de la boutique, on ne sait pas que c’est un local du Front National parce que les verres sont teintés. On passe devant, on se demande ce que c’est. C’est bien l’antenne du Front National à Paris. »

Comment est né KOKOPELLO ?

« Le pseudo en lui-même a déjà une petite histoire. Il me vient de mes années de primaire où mon cousin m’avait offert trois caisses de bandes-dessinées, de Journaux de Mickey et de Donald. Je suis tombé un peu dans la bande-dessinée un peu grâce à lui, comme cela.

« Dans une de ces histoires, il y a le personnage de Donald qui se fait happer par un esprit qui s’appelle Kokopelli. C’est un esprit du Sud-Ouest des États-Unis, un esprit indien. Le dicton de cet esprit c’est de : « Ne jamais prendre la vie trop au sérieux ! » J’ai trouvé cela super bien lorsque j’étais petit. Je l’ai changé par la suite en KOKOPELLO, pour le personnifier.

« Lors de l’infiltration des équipes de campagnes pour la présidentielle 2017, Le Huffington Post m’a contacté pour republier certaines de mes planches que je faisais sur mon blogue, ils m’ont dit : « Tu ne peux pas révéler ta véritable identité, au cas où, pour les équipes de campagnes. Trouve toi un pseudo ! » J’ai trouvé le pseudo KOKOPELLO. Je me suis un peu caché derrière ce personnage-là.

« Ce dernier a aussi commencé à naître pour être aussi une passerelle de transmission entre la politique, ce que je raconte, et le lecteur. C’était important d’avoir un personnage. Il est vrai qu’en politique on ne peut pas forcément s’identifier à tel ou tel personnage, c’est parfois un peu difficile. Il faut avoir un personnage central qui soit là pour que l’on puisse s’identifier ; que l’on puisse comprendre aussi ce qu’il se passe, les galères dans lesquels il va se retrouver etc… »

Comment est né Palais Bourbon ?

« Après les infiltrations des équipes de campagnes pour la présidentielle 2017, vient les législatives. Lors de ces élections, plus d’un français sur deux, ne va pas voter. Tout le monde s’en fou un peu de l’Assemblée nationale. Il est vrai que l’on a eu une campagne présidentielle ; les médias ont rabâché tout cela. On sent que les gens en ont un tout petit peu marre. Moi-même je me mets un tout petit peu en retrait de cette élection. Faire campagne pour un candidat c’est épuisant ; mais faire campagne pour cinq candidats à la fois, c’est totalement épuisant.

« Je commence à me poser la question. On ne peut pas nier qu’il y a quand même un désintérêt des français pour l’Assemblée nationale. Moi-même, j’ai l’impression que mon député n’est jamais dans l’hémicycle ; que c’est un vieux Monsieur en costard gris qui en engueule un autre. Je me dis qu’il y a peut-être un sujet à faire là-dessus. Puisque j’ai réussi à infiltrer les cinq équipes de campagnes, peut-être que j’arriverai à infiltrer après l’Assemblée nationale. C’est le pari que je me suis fait. Finalement, après plusieurs mois, j’ai réussi à y entrer. Cela a pris du temps. »

 

Cette liberté vous a-t-elle permis de lier des amitiés avec des députés ? Avez-vous eu des refus ?

« Au début, oui. J’ai eu des refus. Lorsqu’il y a un jeune dessinateur qui arrive vers un député en disant : « Bonjour, je veux raconter ce que vous faites dans le quotidien. » Certains députés, surtout les plus anciens, qui ne sont pas sensibilisé à la bande-dessinée. Soient-ils ne me répondaient pas. Soient-ils se mettaient un petit peu à l’écart. Ils se demandaient un petit peu ce que je voulais faire. Il y avait un peu de méfiance vis-à-vis de mon travail. Est-ce que cela va être antiparlementaire, ou autre ?

« Finalement j’ai trouvé plus de soutien vers les jeunes députés. J’ai eu de la chance parce que l’hémicycle a été énormément renouvelé, avec beaucoup de nouveaux députés qui sont rentré. Ces derniers avaient quand même cette sensibilité à la bande-dessinée. C’est ce qui m’a permis aussi de pousser les portes de l’institution. S’il n’y avait pas eu cette vague de nouveauté au sein de l’Assemblée nationale, peut-être que je n’aurai jamais réussi à l’infiltrer. Ce n’était pas la même approche.

« Il y en a trois qui m’ont vraiment soutenu au tout début de l’aventure.

« La première c’est Clémentine Autin, qui est la députée de ma ville d’origine. Je suis d’abord passé par quelqu’un de la mairie de Tremblay, que mon père, qui est professeur en Université là-bas, connaissait. Ceci avant que je découvre que je pouvais directement écrire à ma députée, par moi-même. [Rires] Je suis quand même passé par la mairie parce que je n’avais aucune connaissance. Je me disais que Clémentine Autin devait avoir autre chose à faire que d’entendre quelqu’un, pour raconter sa vie, ou je ne sais quoi ?! C’est peut-être un peu obscur pour elle.

« Je n’étais pas au courant que nous, en tant que citoyen, l’on pouvait contacter les députés. Il faut le savoir. Beaucoup de mes amis pensent que ce n’est pas possible, non plus. On a l’impression que le député se situe au-dessus de tout alors que comme le dit Maxime Minot : « il doit se situer à porter d’engueulade ! »

« Clémentine Autin m’a reçu. Elle m’a dit : « Je n’y connais rien à la bande-dessinée mais je te suis, on y va ! » Elle a contacté son amie, Elsa Faucillon, qui m’a reçu également. J’ai expliqué le projet.

« Dans le même temps, il y a Thomas Mesnier, le député de la Charente, qui m’a contacté sur Instagram. A l’époque, je rentrai en séance publique et je faisais quelques caricatures de députés qui étaient dans l’hémicycle. Ces caricatures je les postais sur un compte Instagram (Palais Bourbon). Thomas Mesnier avait découvert ces caricatures. Il m’a contacté pour me dire : « qu’il y a un festival de bande-dessinées qui a lieu dans sa circonscription. Est-ce que ça vous dit d’y participer ? » C’était à Angoulême ! Rêve de toujours ! Moi qui rêvais de faire de la bande-dessinée, j’y vais. J’expose dans sa permanence le temps du Festival.

« Suite à cette exposition-là, Clémentine Autin et Elsa Faucillon font des lettres à l’attention du président de l’Assemblée nationale, François de Rugy. Thomas Mesnier lui envoie une petite carte en séance en lui disant : « il y a un dessinateur qui s’appelle Antoine Angé qui essaye de te contacter. Suis son projet ! »

« C’était vraiment les trois qui ont poussé vraiment le projet au début alors que je n’avais, à part eux, aucun soutien. J’avais fait quelques dessins dans l’hémicycle, c’est tout. Ce sont vraiment les trois à remercier.

« Après, il y en a d’autres avec qui j’ai commencé à avoir une bonne relation, d’amitié je ne sais pas, mais en tous les cas de confiance, c’est sûr. Que ce soit avec François Ruffin. Que ce soit avec Sébastien Jumel. Que ce soit avec Jean Lassalle, ou Matthieu Orphelin. C’est vrai que l’on avait une sorte de confiance mutuelle quand j’ai fait ce projet. Ils n’ont pas demandé de droit de regard sur tout ce que j’écrivais.

« Sébastien Jumel, c’est intéressant parce que je suis parti jusqu’à Dieppe pour le voir. Il m’a dit : « écoutes, oui. Moi j’ai une vraie sensibilité à la bande-dessinée. Je vais t’accompagner dans ce projet-là parce qu’un de mes très grands copains c’était Charb, qui a été tué lors des attentats contre Charlie Hebdo. » C’est vrai qu’il était très ému de pouvoir se dire qu’il apparaitrait dans une bande-dessinée, comme un hommage à Charb et à son amitié avec lui. »

Comment vous percevez ce nouveau regard sur le monde de la politique par le dessin et la bande dessinée ?

« Ce nouveau regard, je pense qu’il est un peu moins méfiant, un peu plus bienveillant. J’essaye maintenant de creuser un petit peu plus maintenant pour savoir tout ce qu’il y a derrière, en fait. Les apparences, surtout en politique, sont souvent très trompeuses. Il faut vraiment aller voir ce qu’il se passe sur le terrain ; presque constamment. S’abreuver de toutes les nouvelles possibles et inimaginables, pour essayer de comprendre ce qu’il en est vraiment. En politique, il est vrai, qu’il y a aussi beaucoup de faux-semblant, ce qui est très compliqué. »

Puisque vous avez infiltré le monde de la politique, cela vous ne donne-t-il pas l’envie de vous plonger dans le monde du cinéma maintenant ?

« C’est possible. J’aimerai bien rester quand même encore un peu en politique, encore. C’est vrai que c’est un monde qui me plait ; qui plait au public, au lecteur. Je pense qu’il y a encore beaucoup d’incompréhension de la politique, aujourd’hui. On a l’impression qu’elle est inaccessible ; qu’elle est très loin de nous. Je voulais vraiment qu’à travers Palais Bourbon, ce soit accessible à tous. C’est entre autres pour cela que j’ai suivi des députés de droite comme de gauche. C’était vraiment pour rendre accessible une institution, qui ne l’était plus.

« Le monde du cinéma ? Pourquoi pas ! Il est vrai que, pour l’instant, je vois plus d’intérêt à rester en politique. »

En tant qu’auteur de bande-dessinée, comment vivez-vous cette période pandémique ?

« Pour la bande-dessinée/reportage, ça change un peu parce que c’est plus difficile de se rendre sur le terrain. Justement, il y a ce risque aussi. On ne peut plus aller au contact de l’autre. C’est vrai qu’il y a un danger là-dessus. Cela change beaucoup pour le reportage, tout ce qui est terrain. C’est vrai qu’il y a un risque, pour les politiques, de s’éloigner des citoyens.

« Pour un auteur de bande-dessinée classique, on a l’habitude de travailler chez nous. Que l’on soit confiné, ou non. Lorsque j’ai écrit ce projet-là, sachant que j’allais rester en intérieur devant mes planches… J’étais tout seul donc pas besoin de porter le masque à la maison. Cela ne changeait pas grand-chose pour moi. »

Quels rapports avez-vous avec les réseaux sociaux ?

« Pour un artiste aujourd’hui, mais je dirais comme pour un politique, la question des réseaux sociaux est capitale, pour pouvoir montrer ce que l’on fait à tel instant. Pour pouvoir raconter que l’on est en train de faire tel ou tel projet. Que cela s’est bien passé. Que lors de la séance de dédicace, il y a eu du monde, ou non.

« On est obligé, aussi, de s’inscrire dans ces réseaux sociaux-là, d’être à la page tout le temps, de faire des stories. Il est vrai qu’ensuite c’est un métier, la communication, à plein temps. C’est toujours un peu compliqué, j’imagine pour un artiste comme pour un politique, d’essayer de s’inscrire aussi là-dedans.

« On est un peu dans cette dualité de se dire qu’à tel moment, il faut que je travaille, mais en même temps il faut que je communique sur mon travail, pour pouvoir montrer que je travaille… On s’embrouille assez vite.

« Je fais tout moi-même. Il est vrai que cela prend beaucoup de temps. D’un côté, c’est un peu triste que l’on soit obligé, absolument, de devoir passer par ces grandes plateformes pour pouvoir faire notre communication. On est presque obligé aussi de passer par-là aujourd’hui, surtout lorsque l’on est un jeune artiste, que l’on doit se faire connaître. Quoi qu’il en soit, de jouer le jeu. Sinon, le public aussi, risque de ne pas suivre. »

***

Un grand merci à Antoine Angé pour sa bienveillance et sa participation à cet interview-portrait.

 

Publié par RomainBGB

Franco-sicilien né en Helvetie. Co-auteur de l'ouvrage "Dans l'ombre des Présidents" paru en mars 2016 aux éditions Fayard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :